Accueil - Bénéficiaires - Actualités - À propos - Faire un don

© 2018 by Cap Études

Neymata Kaboré

  • Neymata est entrée dans l'association en juillet 2013. Elle avait 13 ans et étudiait en 5e.

  • Elle est originaire de Sourgoubila, une commune rurale située à 35 km au nord-ouest de Ouagadougou. 

  • À la rentrée 2018, Neymata a fait sa rentrée à l'Université de Ouagadougou, où elle étudie les sciences. Elle réside au foyer de Cap Etudes. 

  • Son ambition : intégrer la faculté de médecine de Ouagadougou pour devenir médecin.

  • Sa situation : Neymata a obtenu son BEPC en juillet 2015, et a reçu en cadeau de félicitation, comme tous les diplômés de Cap Etudes, un vélo qu'elle a choisi jaune et violet ! Il lui permet de rejoindre chaque lundi le lycée de Laye où elle étudie depuis la classe de seconde, à 15 km de chez elle . Comme il n'existe pas de pension, Apollinaire Zoungrana, notre partenaire, a loué pour elle et ses 3 camarades boursières de Cap Etudes (Justine, Asséta et Alice), une maisonnette en dur, clôturée, de deux pièces. Elles y vivent en parfaite autonomie, dans une atmosphère studieuse et solidaire. Neymata est régulièrement première de sa classe, avec sa copine Justine.

 

L'album photo de Neymata

Présentation des conditions de vie de Neymata en 2013, faite par nos partenaires :

Elle est la cadette d’une famille de 4 enfants.

Pour faire face au paiement des frais de scolarité ses parents n’ont pour recours que la vente de céréales issues de la culture des récoltes. Or la proximité de  notre commune avec Ouagadougou entraîne une raréfaction des terres cultivables et donc des récoltes. Pour avoir à manger il devient de plus en plus difficile, idem pour le paiement de nos frais de scolarité.

"J’ai une grande sœur qui a été inscrite à l’école mais qui ne la fréquente plus depuis l’obtention de son CEP (certificat d'études primaires), faute de moyens financiers pour assurer les frais, expliquait alors Neymata. Pour cette raison, je suis obligée de me rendre à pied à l’école, située relativement loin de notre concession.

Je n’ai même pas de tenue adéquate pour la pratique du sport à l’école et une bonne lampe pour apprendre les leçons. Quand elle existe, la lampe est de fabrication locale. On prend une boîte de Nescafé que l’on perce pour y introduire le pétrole et la mèche. Il se dégage une épaisse fumée noire dont l’inhalation est nocive pour la santé. Souvent les cahiers achetés sont insuffisants à couvrir l’ensemble des matières, de sorte que l’on est obligé d’utiliser un cahier pour plusieurs matières. Le savon pour laver les tenues scolaires est inexistant. La conjugaison de l’ensemble de ces problèmes rend difficile ma situation scolaire."